Euskal Pilota !

Déjà évoquée dans la mythologie ou sur des stèles funéraires, la pelote basque est pratiquée depuis des siècles dans des zones de jeux situées en montagne.

Elle s’inspire au XVIIème siècle du jeu de paume, pour y apporter de nombreuses modifications et ainsi créer de nouvelles et nombreuses spécialités.

 

 

Quelques infos sur la Pelote basque

  • 26 000 licenciés dans le sud-ouest de la France métropolitaine et le nord de l’Espagne.

On pratique également ce sport dans de nombreux pays ayant connu une forte immigration basque pour la pêche à la baleine ou la sardine (Argentine, Uruguay, Cuba, Chili, Mexique, Canada…).

Depuis quelques années, elle est également très populaire en Chine Populaire !

  • 26 spécialités de la « main nue » à la « Cesta Punta », en passant par la « pala » et le « chistera ». Tous les termes utilisés sont en langue espagnole.
  • Le joueur de pelote basque s’appelle le « pilotari »

 

Une main nue

 

 

  • Les spécialités se pratiquent sur des aires de jeux différentes :
    • la Place Libre ou « Fronton » (zone non couverte avec un fronton mesurant environ 10 mètres de large et de 6 à 10m de haut),
    • le Trinquet (zone couverte)
    • le Jaï-Alaï ou «Mur à Gauche » (couvert , composé de trois murs: un à l’avant, un au fond et, comme son nom l’indique, un mur à gauche).

Suivant les aires de jeu («Kantxa » ou terrain) , on pratique la  « main nue », la « pasaka » (gant en cuir), paleta cuir, paleta gomme espagnole, paleta gomme argentine, Xare (armature de bois en noisetier ou châtaignier  et d’un filet flasque), le « rebot », le « joko-garbi », « grand chistera » (gant et panier), « grosse pala »…

  • Les balles, suivant le type de pelote sont en gomme creuse (blanche ou noire), en gomme pleine (noire ou jaune) ou bien en cuir.

 

Une balle de pelote

 

Les règles (enfin, quelques unes !)

Bien que les règles varient selon les types de jeux, on pourrait les résumer ainsi :

  • les équipes dont chaque joueur est équipé d’un chistera (panier en osier fixé à la main du joueur par un gant en cuir)
  • elles s’affrontent durant une « partie », et non un match
  • l’objectif de renvoyer la pelote à tour de rôle, à la volée ou après le premier rebond au sol
  • le but de cette manipulation est de la relancer sur le  frontis et de la faire retomber dans l’aire de jeu
  • le joueur ou l’équipe qui ne parvient pas à ramener la pelote sur le fronton perd alors le point.
  • Si le joueur faute en envoyant la pelote hors de cette cancha, il perd alors le point et l’engagement – le but – revient à l’adversaire.

Au but, le joueur doit impérativement dépasser une ligne minimum qui est aussi appelée falta, pour que le but soit validé au risque de perdre le point.

 

Éric Dibar joueur professionnel, entraîneur fédéral, et arbitre

 

Les championnats du monde de pelote basque ont lieu tous les 4 ans.

C’est donc à Biarritz, du 23 au 29 octobre 2022, que s’affronteront 450 pilotari d’une vingtaine de pays !

Ne manquez pas nos prochaines publications, pour plus de précisions !

 

 

Faites appel à Aubert Ermisse pour organiser votre séjour sur mesure au Pays Basque, à la découverte des pépites tricolores !

 

Des escapades Aubert Ermisse, révélatrices de pépites.

FACEBOOK
YOUTUBE
LINKEDIN
INSTAGRAM